AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
1 clic toutes les 2h !

Partagez|

[Terminée] Lexie MacNeil ♠ Life is like cancer : everyone can have it, but not everyone can survive it

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: [Terminée] Lexie MacNeil ♠ Life is like cancer : everyone can have it, but not everyone can survive it Jeu 13 Oct - 21:01


Leagsaidh "Lexie" MacNeil
20 ans ∞ Stornoway ∞ Écossaise ∞ Musique ∞ Célibandante ∞ Anna Christine Speckhart

x x x

How I made a mess of my life

30 mai 2003


Lexie attendait qu'on vienne la chercher patiemment. Âgée d'à peine six ans, elle vivait et était née à Stornoway, une ville écossaise située à Lewis, une île extérieure des Hébrides. Assise sur le rebord du mur qui entourait l'école, il n'était pas difficile de deviner comment elle était montée là-haut. Le mur était composé de vieilles pierres usées par le temps, pleines d'irrégularités et aspérités où se raccrocher était facile. Elle agitait les pieds au rythme d'une chanson qu'elle chantonnait. Calme, celle-ci était proche de la berceuse et la voix de l'enfant la portait justement, donnant à l'air une douceur angélique.
Le vent portait la mélodie, soulevait les cheveux pour mieux emmêler encore les boucles noires et caressait la peau pâle comme le regard d'un homme plus loin.
Touché par la félicité du chant, il se rapprocha avec discrétion, lançant des regards nerveux à droite et à gauche.
Il n'y avait personne pour surveiller la petite dont l'attente se prolongeait le long d'un fil invisible qui rejoignait la trame d'un temps infini.

« Elle est jolie ton écharpe dis-moi. »
Lexie tourna le visage vers l'homme inconnu. Son chant cessa, ses jambes s'immobilisèrent, elle l'examinait en fronçant les sourcils.
Elle ne reconnue pas sa nervosité, ne s'inquiétant pas des regards lancés à droite et à gauche. Il était bien habillé, et il avait un chien avec lui.
« C'est pas une écharpe, c'est un foulard ! » Ses jambes reprirent leur battement et l'homme fit un sourire à la petite fille.
« Excuse-moi, je ne savais pas. Tu voudrais bien me le montrer ? Après tu pourrais jouer avec Mòr. » Le chien aboya joyeusement avant de s'approcher du mur et de poser ses pattes sur le mur pour regarder en direction de Lexie.
Elle semblait réfléchir à la proposition.
Bien sûr, on lui avait toujours dit de ne pas suivre les inconnus, mais le chien était vraiment mignon ! Mais son père lui avait dit de faire attention à son foulard et de ne pas l'enlever pour ne pas le perdre aussi.
« Je peux pas enlever mon foulard, mon papa serait pas content si je le perdait. Mais je peux quand même venir jouer avec le chien ? »
Elle demanda a avec un grand sourire enthousiaste, alors qu'elle descendait de son mur d'un bond pour venir caresser l'animal. C'était un labrador au beau pelage beige bien brillant. Il se laissa faire sagement, cherchant la main d'une enfant enchantée de pouvoir jouer avec un animal.
Le sourire de l'homme s'agrandit, plus prédateur que sympathique cette fois.
Il raccourcit la laisse de son chien.
« Bien sûr, si tu veux je connais un super endroit où vous pourrez jouer, c'est un peu loin mais j'ai une voiture. Allez, viens. »
Il lui tendit la main, et elle l'attrapa sans hésiter bien longtemps.
« Tu veux bien continuer de chanter pour moi sur le chemin ?
- Bien sûr ! »
Elle reprit sa chanson tranquillement, alors qu'elle s'éloignait de l'école main dans la main avec l'homme.



***


7 juillet 2013


« Sérieux ?! Mattie te laisse enfin jouer ? Et personne m'a rien dit ! Bon allez, ce soir on va là-bas alors ! Mais avant... bière pour tout le monde ! »
Lexie regarda le garçon en souriant, puis la blondinette qui s'approchait d'elle, une bouteille de bière à la main. Lexie la prit et en but une gorgée.
La main de la fille vint caresser la nuque de Lexie. « On pourrait s'isoler avant d'y aller, tu crois pas ? » Un frisson remonta le long de son dos. Les doigts glissèrent vers le cou de l'adolescente qui se décala alors en dégageant sa main.
La blonde fit une moue contrariée.
« Je préfère me mettre dans l'ambiance concert avant de devoir jouer, tu le sais bien. Mais après si tu veux... »
Elle vint voler un baiser qui se fit plus long rapidement, alors qu'elle attrapait ses mains pour éviter qu'elle ne passe ses bras autour de son cou.
Elle n'aimait pas sentir quelque chose ici.
« Hé, y'a des chambres plus loin vous savez ? »
L'intervention mit fin au baiser et Lexie retourna à sa bière.


***


30 mai 2003


« … n'a toujours pas été retrouvée. L'enquête progresse mais la police ignore si l'homme est toujours dans le secteur. Si jamais vous voyez cette petite fille, appelez le... »
Une femme, grande, les cheveux roux et les yeux bleus, venait de changer de chaîne. Elle sortie ses scones du four et rejoignit le salon pour les déposer dans une assiette, une main venant en attraper un.
« Ouh, c'est chaud !
- Oui, fais attention.
- Tu aurais pu me le dire avant ! »
La rousse fit un sourire à l'autre femme, qui était bien plus âgée et – au vu de la ressemblance – probablement sa mère, avant de servir le thé.
« Tu as vu les informations sur cette petite fille qui s'est faite enlever ? C'est horrible !
- A qui le dis-tu. Ils ne l'ont toujours pas retrouvée ? »
La femme secoua la tête. C'était une vraie tragédie pour la famille qui venait de sans doute perdre sa fille pour toujours.
« Non. C'est dans ces moments là que je suis contente que Tòmas ait le temps d'aller chercher Lexie. »



***


7 juillet 2013


Pour être honnête, Lexie ne se souvenait pas grand chose de cette nuit-là.
Il y avait eu de l'alcool.
Beaucoup d'alcool.
Du sexe aussi.
Son passage sur scène avait été un véritable succès. A un moment Jude, son ami blond et torse nu de plus tôt, l'avait même rejoint au violon. Tout avait été parfait. Matthew, le propriétaire du bar avait accepté de la reprendre.
Ils avaient décidés pour fêter ça de poursuivre la soirée jusqu'aux aurores.
Lexie régalait : elle avait été payée, elle se sentait riche.
Elle ne l'était pas, mais la sensation de fierté qu'elle ressentait valait tout l'or du monde.
Ca avait mal tourné quand ils s'étaient invités dans une soirée étudiante.
Ces types avaient commencés à la draguer, puis les insultes avaient fusées.
Puis plus rien.
Juste la douleur contre ses phalanges alors qu'elle frappait quelque chose de dur, les craquements de plus en plus sinistres, de plus en plus forts. L'odeur de sang, puis de fumée.
C'était tout ce qui lui restait.
Des sensations confuses. Animales.
Le reste n'était qu'obscurité.

Elle sentit quelque chose la couvrir et entendit quelqu'un s'asseoir à côté d'elle. Elle ne leva pas les yeux. Elle savait qui c'était.
« Ta copine s'est barrée. Je crois que tu lui fais peur maintenant. »
Lexie ne répondit pas. Elle ne bougeait pas non plus. Ses jambes étaient immobiles. Ce n'était pas la première fois que ça lui arrivait, et à chaque fois c'était pire. A chaque fois elle perdait le contrôle de plus en plus violemment.
« Tu veux en parler ? »
Silence.
Soupir.
Son ami se lève, et avec lui les yeux de Lexie.
« Il va s'en sortir ? »
Silence.
Il se retourne.
« Ils ne savent pas. Son état est critique. »
Là, c'était une première.


***


30 mai 2003


« Hé ! C'est ma fille là ! Où tu crois aller avec elle ?! »
Lexie se retourna vers la voix, affichant alors un grand sourire.
« Papa ! Le gentil monsieur va me laisser jouer avec son chien ! »
Son père s'approcha d'un pas rapide alors que l'inconnu lâchait la main de Lexie en se reculant. Lorsqu'il arriva sur eux, il écarta sa fille du chemin pour attraper l'inconnu par le col, commençant à le secouer.
« Alors ?! Tu pensais pouvoir l'embarquer comme ça ?! Espèce d'enfoiré ! Tu vas voir ! »
Le coup de poing partit et éclata le nez de l'homme dans un craquement sinistre. Du sang coula, alors que Tòmas jetait l'homme au sol dans le but de le rouer de coups. Le chien attaqua à ce moment là, mordant dans le bras du père sous les yeux horrifiés de Lexie qui, terrifiée, pleurait désormais.
Une voiture passa à ce moment là et s'arrêta, deux homme en sortant pour intervenir. L'un attrapa le chien pour le rejeter, et l'autre dû immobiliser le père de Lexie sous les bras et le tirer vers l'arrière alors qu'il tentait de donner un dernier coup de pied. L'homme au sol se tordait de douleur.
« Tòmas ! Tom ! Calme-toi ! Qu'est-ce qui s'est passé ?! »
Le concerné cessa de s'agiter dans tous les sens et se dégagea de la prise.
« Ce salaud a essayé de prendre Lexie. J'étais en retard à cause d'une intervention et... »
Le père se tourna vers sa fille et vint s'agenouiller près d'elle pour la prendre dans ses bras. Il la serra fort avant de vérifier qu'elle n'avait rien, puis il la serra à nouveau. Lexie pour sa part pleurait encore, sous le choc.
« Là, tout va bien ma chérie, tout va bien. »
Les deux hommes se consultèrent du regard, le chien désormais attaché à un poteau par la laisse.
« On va appeler une unité, tous les deux rentrez, et passe te faire soigner Tom, on s'en occupe. »
Tòmas les remercia du regard et souleva Lexie du sol avant de partir avec elle.



***


19 août 2013


« La lettre du jugement est arrivé ? »
Lexie se pencha par dessus l'épaule de son interlocuteur. Le jeune homme blond tenait des enveloppes entre ses mains et les jeta sur la table devant elle.
« Non, mais ne t'en fais pas, le gars s'en est sorti. Comme t'es mineure t'auras probablement juste des TIG à faire.
- Tu sais que tu t'y connais trop bien pour ton propre bien ? A croire que tu passes ta vie à avoir des ennuis.
- Toujours moins que toi pendant le peu de temps que tu passes hors de ton internat. »
Lexie secoua la tête et jeta un coup d'oeil au courrier. L'une des enveloppes portait son nom et sur le coin en haut à gauche un tampon à l'air officiel était appliqué. Elle fronça les sourcils et retourna l'enveloppe pour l'ouvrir.
La lettre était pliée en trois, le papier était de mauvaise qualité, mais tout était là. La main de Lexie l'ouvrit doucement, et ses yeux bleus parcoururent les mots alors que son souffle commençait à s'emballer. Sa main tremblait désormais, alors qu'elle posait le papier, visiblement terrifiée. La tasse qu'elle tenait dans son autre main lui échappa, et l'éclat attira certainement l'attention du garçon assis en face d'elle.
« Leagsaidh ? »
Le ton inquiet voulait tout dire. Il se redressa en voyant qu'elle perdit l'équilibre et tomba au sol, se précipitant vers elle.
Il appela son nom à plusieurs reprise, mais elle n'entendait rien. Son regard restait fixé sur les mots. Elle ne parvenait plus à respirer.
Sur injonction du tribunal, la peine de prison de 15 ans de Tòmas MacÀidh a été réduite. […] Sa libération aura lieu le 25 août 2013 à 11:00.
La lettre se poursuivait, mais Lexie restait bloquée sur ces deux phrases. Et surtout sur un unique mot.
Libération.
Son monde venait lui de s'effondrer.
« Maman ! Viens, vite, Leagsaidh va pas bien ! »
Une femme blonde arriva rapidement, s'agenouillant aux côtés de Lexie.
« Eoghan, va la poser dans le canapé. »
Le jeune homme hocha la tête et souleva Lexie comme si elle ne pesait rien. Pour lui c'était sûrement le cas. La femme ramassa la lettre que l'adolescente avait laissé tombé et fronça les sourcils.
Ce n'était pas bon.
Il allait falloir faire quelque chose pour protéger sa nièce.
Car aucune école aussi loin soit-elle suffirait pour ça.


***


30 mai 2003


Lexie retourna jusqu'à la voiture avec son père. Il la portait, et si elle commençait à se calmer, il continuait à lui murmurer des paroles rassurantes.
Tout ira bien, tout est fini, là, doucement.
Lexie ne pleurait plus, mais le sillon de ses larmes parcourait encore ses joues humides. Finalement, il la déposa à l'arrière de la voiture, et sans doute pour s'assurer que tout allait bien, il s'installa à côté d'elle, la protégeant à nouveau de ses bras puissants. Lexie enfouit sa tête contre son torse. L'odeur était rassurante, même s'il sentait un peu la fumée. Il avait dû intervenir sur un incendie plus tôt pour ça.
Son père était le plus fort après tout, et il était le meilleur car il luttait contre le feu pour aider les gens.
Il sauvait des vies.
Il venait certainement de lui sauver la sienne.
Pourtant elle ne fut pas surprise lorsqu'elle l'entendit s'exprimer à nouveau.
« Tu as bien gardé ton foulard aujourd'hui ? »
Elle hocha la tête contre lui, et il sourit.
« Gentille fille. Tu te souviens bien de ce que je t'ai dit, n'est-ce pas ? »
Nouveau hochement de tête.
Il replaça une mèche de ses cheveux avec douceur.
« Si quelqu'un voit ce qu'il y a en dessous, ta vie sera finie. Je serais envoyé loin, et ta mère te détestera. Plus personne ne voudra jamais de toi. Personne. Tu seras seule pour toujours. »
Nouveau hochement de tête.
Il retira le foulard avec douceur.
La peau était rouge, bleue, violette.
Les couleurs se mêlaient avec une grâce morbide.

Les mains fortes de son père vinrent étreindre le cou frêle.
Les mains fortes de son père qui protégeaient des vies la tuaient chaque jour un peu plus.



***


23 Décembre 2013


Les travaux d'intérêt généraux étaient rarement des boulots très intéressants. Aider au ménage dans les locaux de la police trouvait toutefois un certain intérêt aux yeux de Lexie, surtout lorsqu'une certaine personne restait travailler tard sur des dossiers. La rouquine avait tout de suite attiré son attention il faut dire. Peut-être était-ce à cause du rappel à l'ordre lancé lorsqu'elle avait surpris l'adolescente s'amuser à lancer des boules de papier dans la poubelle en roulant sur un des fauteuils de bureau.
Difficile d'ignorer quelqu'un dans ce genre de situation.
Surtout quand la personne hésite ensuite à se joindre à ce petit jeu une fois la proposition lancée.
Bien sûr elle finit par refuser la première fois. Puis la fois suivante aussi. Il fallut quelques semaines avant qu'elle accepte finalement.
La femme se révéla très douée à ce petit jeu, ce qui amusa grandement Lexie.
« Avouez, vous vous êtes entraînées les soirs où je n'étais pas là ! »
L'officier rit et secoua la tête, regardant ensuite Lexie avec une certaine malice au fond des yeux.
« Je ne dirais pas que je ne l'ai pas fait ni que je l'ai fait.
- Vous esquivez la question, Officer Lennox. Vous avez de la chance que je ne puisse pas vous arrêter pour ça ! »
Elle prit un air outré et lança une boule de papier sur Lexie qui riait alors.
« C'est vous la criminelle ! C'est à moi de vous arrêter ! »
Lexie lui renvoya la boulette et tourna un peu sur son siège pour lui faire face, posant ses mains sur ses jambes pour prendre une pose de vilaine à la Bond.
« Je paye déjà pour mes crimes, vous ne pouvez rien contre moi. »
Les deux rigolèrent et après un instant reprirent leur souffle. Un silence confortable s'installa entre elle durant quelques instants, jusqu'à ce que Lennox le brise.
« Je me demandais... qu'est-ce que vous avez fait pour vous retrouver ici ? Ton allure ne crie pas exactement délinquante. »
Lexie baissa les yeux sur son bleu de travail orange qu'elle portait baissé jusqu'à la taille. Son simple débardeur noir tombait assez sagement sur son corps et elle haussa les sourcils en revenant sur le visage constellé de tâches de rousseur.
« J'aurai pourtant pensé que le orange et le TIG écrit dans mon dos aidait à mon allure. Mais pour faire simple... » Elle inspira profondément avant d'expirer. « J'ai tabassé un gars à une soirée. »
Elle détourna le regard, peu désireuse de voir la réaction de la policière. Celle-ci ne dit rien pendant un long moment.
« Qu'est-ce qu'il s'était passé ? »
Le ton était inquiet. Lexie haussa les épaules.
« Je ne sais plus exactement. J'avais bu, il est venu nous ennuyer avec des potes. Il a attrapé le poignet de ma copine à un moment et là... plus rien. Je me rappelle juste de mon cousin me tirant plus loin. »
Nouveau silence.
« Et ça t'arrive souvent ? »
Elle finit par poser son regard sur la rousse. Elle s'arracha à sa contemplation après quelques secondes et se leva, attrapant les boulettes de papiers autour de la poubelle pour les y jeter.
« Si vous voulez m'interroger, il faudra me passer les menottes, Officer. »
Elle lui offrit un sourire malicieux. Elle lui tourna alors le dos et reprit son travail.



***

17 janvier 2014


La lourde porte du commissariat se referma derrière elle. Elle glissa son sac sur son épaule et avança sur le parking, pinçant les lèvres en voyant que sa tante était en retard. Heureusement que cette année elle aurait dix-huit ans, elle pourrait enfin conduire.
Elle s'assit en attendant sur un plot. Le voitures passaient, traversaient la périphérie de la ville sans jamais vraiment s'arrêter.
Lexie sortit une cigarette et l'alluma. La fumée montait en arabesques élégantes vers le ciel comme un ange porteur d'un message funeste.
« Fumer est mauvais pour la santé. »
Se souvenir d'une voix était un exercice difficile, pourtant Lexie n'eut aucun mal à reconnaître celle-ci. Elle se figea, tout geste suspendu, et attendit, espérant avoir rêvé – ou plutôt fait un cauchemar.
« Lexie MacNeil. Te retrouver a été plus dur que je le pensais. Retourne-toi que je puisse te voir ? »
Lentement, et presque contre sa volonté, Lexie se leva et se retourna. Devant elle se tenait son père, presque inchangé par le temps. Il avait quelques mèches blanches dans ses cheveux et quelques rides en plus, mais son sourire était toujours le même.
Lexie sentait ses mains trembler.
Ses jambes étaient incapables de bouger alors qu'il se rapprochait.
Il posa sa main sous son menton et releva délicatement son visage pour mieux l'observer.
« Tu as tellement changé... pas que ton nom. Tu es grande maintenant. Pourquoi as-tu changé de nom ? Tu ne voulais pas voir ton père adoré ? »
Il souriait avec tendresse, ses mots étaient d'une douceur insoupçonnable, tout comme ses doigts qui suivirent sa mâchoire. Un frisson de dégoût remonta le long du dos de Lexie et le goût de la bile s'infiltra dans sa bouche. Ses entrailles se nouèrent lorsqu'elle sentit la main s'arrêter contre son cou. Elle était incapable de parler, même avec toute la volonté du monde.
« Pourquoi tu ne me réponds pas ? »
Sa voix se faisait moins patiente, il maintenait son visage relevé pour la regarder dans les yeux. Bientôt une deuxième main se porta sur son cou et formait avec la première un collier mortel.
« Réponds quand je te pose une question. »
Une pression s'exerça autour de son cou rapidement et enfin son corps sembla s'animer. Elle tenta de se reculer, de se dégager en attrapant ses mains et en les griffant, mais rien n'y fit. Il avait trop de prise sur elle et elle pouvait sentir ses muscles faiblir à mesure que les secondes passaient, privés d'oxygène. Elle sentait la brûlure dans ses poumons, voyait des points blancs danser devant ses yeux.
Elle allait bientôt s'évanouir.
« Lexie ? »
La pression se relâcha soudainement et elle inspira profondément, toussa, tituba vers l'arrière. C'était flou mais elle reconnu la silhouette de Lennox et sa chevelure de feu. Son père s'approcha et elle essaya de l'éloigner d'un revers de main mais il passa un bras autour de son épaule, l'aidant à rester debout.
« Que se passe-t-il ? Monsieur, éloignez-vous s'il vous plaît.
- Quoi ? Mais je suis son père, pourquoi... ? »
Elle mit sa main au dessus de son arme de service. Son père enleva son bras et s'éloigna un peu en levant les mains.
« C'est bon, je m'éloigne...
Lennox s'approcha et posa sa main sur l'épaule de Lexie. Elle leva des yeux embués par des larmes vers elle. Autour de son cou des rougeurs étaient déjà apparues.
« Lennie... »
La voix était faible et cassée, simplement parler lui brûlait la gorge. Lennox fronça les sourcils et sortit son arme pour se tourner vers le père qui se mit soudainement à courir. La policière lâcha un juron et voulut se lancer à sa poursuite mais Lexie la retint par le poignet.
« Reste... s'il te plaît...
Elle baissa son arme et serra les dents avant de la ranger et de soutenir correctement Lexie qui semblait sur le point de s'effondrer.
« Je suis là, tout va bien. »



***

25 juin 2015

Lexie regardait la mer défiler sous elle quand soudainement la terre apparue. Elle se sentait comme ces conquérants venus d'Europe pour prendre de nouvelles terres – et massacrer au passage les populations locales – et s'installer loin d'un continent trop vieux pour eux.
Elle se redressa un peu et posa une main sur le bord du hublot. Il lui restait encore quelques heures de trajet pour arriver sur la côte Ouest, mais elle savait qu'elle y serait bientôt. Le cœur battant, elle se demandait comment ça serait, comment ça se passerait. Elle avait décidé d'aller dans la première université possible qui ne soit pas au Royaume-Uni pour fuir son père, fuir cette vie qui lui paraissait si effrayante. Elle en voulait pas vivre comme une bête traquer. Elle voulait profiter de tout ce que le monde avait à lui offrir.
Et pour ça, rien de tel que de débarquer aux Etats-Unis.

***

25 juin 2016

Voilà un an qu'elle avait intégré la Monroe Université. Ce n'était pas grand chose comme endroit, ce n'était même pas connu, mais c'était sans doute toujours mieux qu'un de ces fameux Community College. Et puis elle s'y plaisait bien.
Elle s'y amusait entre deux cours où elle n'allait qu'une fois sur deux.
Elle n'était pas la plus assidue des élèves, et heureusement qu'elle avait un semblant de cerveau entre ses deux oreilles, sinon elle aurait déjà été renvoyée depuis longtemps.
Enfin, l'important c'était qu'elle s'y plaise et qu'elle y ait sa place.
Et Dieu, Lexie était mieux ici que nulle part ailleurs.

People always say that I'm...

x x x

Behind the screen
Sinon, pour de vrai je m'appelle Lau, mais vous pouvez m'appeler Sylence. J'ai 23 ans et (presque) toutes mes dents ! (: Côté présence, je pense être là 5/7 jours. J'ai connu le forum grâce à Charlie et depuis, ma vie a changé !
Je tiens à indiquer que les images que j'ai utilisées viennent de demandez à Charlie.




Dernière édition par Lexie MacNeil le Jeu 13 Oct - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: [Terminée] Lexie MacNeil ♠ Life is like cancer : everyone can have it, but not everyone can survive it Jeu 13 Oct - 21:50

 
Revenir en haut Aller en bas
Fondatrice Adulée
avatar
Masculin Etats-Unis
» Âge : 38
» Célébrité : Daniel Gillies
» Métier/Job : Professeur à Monroe U.
» Grade : Professeur titulaire
» Relations :
StellaMa femme. Tu partages ma vie depuis bientôt 10 ans. Je ne saurais pas vivre sans toi.

AmelyaCette soirée, ces regards échangés, ces verres partagés et ces fous rires que tu as provoqué chez moi. Tu m'as touché d'une certaine manière, et je ne parviens plus à te chasser de mes pensés...

» Points d'assiduité : 584
» A Sacramento depuis : 24/07/2012
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [Terminée] Lexie MacNeil ♠ Life is like cancer : everyone can have it, but not everyone can survive it Jeu 13 Oct - 21:51



Fiche validée
Bravo et bienvenue parmi nous !
x x x
Wouah, j'avais hate de lire ta fiche, mais là, j'ai clairement l'impression de m'être mangé une grosse baffe.   Tu as un style rédactionnel très très très agréable à lire ! Lire ton histoire a été un véritable plaisir, et j'ai adoré ce petit suspense et les éléments pour comprendre donnés au fur et à mesure ! Bravo pour ta fiche, c'est du grand art.

Maintenant que tu as terminé ta fiche de présentation, je suis là pour procéder à ta validation.

Ce message va t'aider à mieux connaître le forum, en t'indiquant les endroits importants. T'es prêt ? On y va !

ϟ En premier lieu, je te conseille, si ce n'est pas déjà fait, d'aller compléter ton profil avec les informations de ton personnage. C'est plus sympa pour les autres membres, afin qu'ils puissent te connaître !

ϟ Ensuite, tu pourrais aller créer ta fiche de sujets & de relations. Elle permettra aux autres membres de te proposer des liens et des sujets pour t'introduire dans le RP ! Aussi, si tu le souhaites, tu peux créer un sujet de communication. Ce n'est pas obligatoire, mais c'est plus sympa, et c'est aussi une manière différente de faire avancer les RP rapidement.

ϟ Si tu souhaites tout savoir sur Sacramento, Monroe U. et le système universitaire américain, tu peux aller voir par ici. Ca grouille d'infos utiles qui te permettront de tout comprendre facilement.

ϟ Une fois ces petites choses faites, tu pourras aller consulter le Panneau d'Affichage afin de trouver un logement, un club, un job ou encore une confrérie à rejoindre. Sache que les confréries ne sont pas obligatoires. Par défaut, tu as d'ailleurs déjà été ajouté au groupe "Random Student" qui correspond à ceux qui n'ont pas encore rejoint une confrérie.

Voilà ! Après tout ça, tu pourras commencer à jouer sur le forum. Si tu as la moindre question, le moindre doute (ou même une idée farfelue) qui te passe par la tête, n'hésite pas à me contacter : je serais évidemment ravie de t'aider ! =D

Sur ce, je te souhaite une bonne continuation sur le forum ! BisoOous !



_________________

'cause in a sky full of stars
You know you make my world light up. When I was down, when I was hurt, you came to lift me up.

Viens donner ton avis sur le forum sur PRD & GoldHeart ! ♥️
&
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: [Terminée] Lexie MacNeil ♠ Life is like cancer : everyone can have it, but not everyone can survive it Jeu 13 Oct - 22:13

J'arrive après la guerre mais BIENVENUE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Terminée] Lexie MacNeil ♠ Life is like cancer : everyone can have it, but not everyone can survive it

Revenir en haut Aller en bas
[Terminée] Lexie MacNeil ♠ Life is like cancer : everyone can have it, but not everyone can survive it
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» — bring me to life
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Life in UCLA
» Hermione Granger ( terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Last Chance for Losers ™ :: Hall of records & Trash :: Archives & Corbeille :: Corbeille-